Objectifs de qualité paysagère et plan d’actions

THEMATIQUE n°3 : Habiter les paysages de Chartreuse

« Révéler et inventer des formes d’habiter locales par l’urbanisme réglementaire et opérationnel, la maîtrise d’œuvre architecturale et paysagère « 

images

carte urba

legende urba


 

 

Objectif de qualité paysagère n°8 : Faire vivre les villages

Actions possibles :
– Sensibiliser et accompagner pour développer et partager une culture urbaine
Sensibiliser et développer la culture urbaine, architecturale et paysagère propre au territoire (auprès des élus, des acteurs locaux, des constructeurs, dans les écoles …), croiser les regards sur le territoire et ses enjeux paysagers. – Encourager les missions d’urbanistes et paysagistes conseils, et imposer la compétence paysagiste concepteur dans les projets de lotissements – Réaliser un document pédagogique sur les identités sectorielles (architecturale, urbaine et paysagère), qui servira de base pour les PLUs, les projets d’urbanisme, d’espaces publics, les consultances ; remis aux porteurs de projets. – – Penser le projet comme un écosystème
S’adapter à l’écosystème du lieu (implantations, gabarits, matériaux, espaces publics, végétal), prendre en compte le temps du processus de définition du projet, la concertation – Intégrer l’enjeu écologique et sa «traduction paysagère» dans les réflexions réflexions (espaces verts, gestion des eaux pluviales, économies d’énergie, gestion de l’éclairage public ..), encourager les démarches éco quartiers…                              – Respecter les identités, formes urbaines, silhouettes… des villages
Intégrer la notion de silhouette villageoise dans les PLU (développer la notion de densité raisonnée/ compacité s’inspirant des volumes traditionnels) ainsi que des points de vue associés. > Apporter une réponse adaptée à chaque secteur, en fonction de la taille du groupement, la trame urbaine existante, le caractère paysager du site (position en balcon (préserver des vues), co-visibilités, adaptation à la pente). Prendre en compte la hiérarchie des pôles urbains et touristiques (PLUi CCCC). – Accorder de l’attention à tout type d’intervention : réhabilitation, densification de parcelles bâties et de dents creuses, extensions urbaines – Travailler l’insertion «urbaine» des nouvelles constructions (implantation, volumétrie), leur relation à l’espace public (yc clôtures). – Préserver une harmonie entre architecture ancienne et récente (respect volumétries, implantations ..) et admettre une ré-interprétation contemporaine. (S’interroger sur l’identité du lieu ? son caractère patrimonial ?) – Développer des outils de mise en valeur de l’environnement bâti : «plans-couleurs» (adaptés au site, son histoire ..), démarches de labellisation, cahiers de recommandation architectural ou paysager (Cf OAP paysage du PLUi de la Métro de Grenoble)…  
– Créer ou requalifier les espaces publics dans le cadre d’études globales et participatives
; l’objectif est de préserver l’identité du lieu, en faire un espace convivial, confortable, intégrant une approche bioclimatique. y développer un mobilier public adapté au lieu ; intégrer les enjeux liés aux nouvelles mobilités (espaces de co-voiturage, mobilités douces…). – Prendre en compte le contexte montagne, le fonctionnement touristique. Soigner l’intégration paysagère des espaces de stationnement, les traversées de villages.  – Travailler l’interface urbain / non urbain
Travailler les espaces de transition / lisières entre le village et les espaces agricoles (notamment par la gestion des clôtures, voire l’absence de clôture ou haie) ; entrées de ville, extension urbaine, préserver une compacité et une limite franche à l’urbanisation – Intégrer la nature dans l’urbain (préserver des porosités) : végétal (espaces verts, plantations, vergers, potagers, espaces collectifs ..), eau (cours d’eau traversant un site urbain ..). Encourager une gestion 0 pesticide, développer les concours villages fleuris, les labels village étoilé…                                                                                                                        – Préserver les aspects patrimoniaux de certains bâtiments
Encadrer les possibilités de changement de destination des granges, en préservant leur caractère et la qualité d’insertion dans le site (absence de clôture, intégration douce de la voie de desserte ..) – Définir une protection stricte de certains hameaux « patrimoniaux », hameaux d’alpage ou d’altitude

 

Objectif de qualité paysagère n°9 : Donner une identité à l’interface ville/parc

Actions possibles :
– Définir une stratégie et un plan d’aménagement des sites «portes»: Le Parc naturel régional de Chartreuse est bordé par plusieurs agglomérations urbaines. Les territoires situés à cette interface sont à la recherche d’éléments différenciants. Des projets de gestion ou d’aménagements paysagers pourraient permettre de révéler les sites «portes», véritables signaux paysager par leur caractère et les usages qu’ils portent, et sites complémentaires des entrées d’agglomérations et des seuils physiques que sont les cols et gorges remarquables du massif de Chartreuse.
– Faire émerger, accompagner et mettre en valeur les spécificités montagnardes et/ou rurales des territoires recouverts à la fois par le Parc et les agglomérations (dans l’ensemble paysager des piémonts et balcons en particulier) :
éviter la banalisation des zones de transition, ne pas se laisser imprégner par des valeurs urbaines, défendre les valeurs intrinsèques de Chartreuse… Apporter une vigilance aux extensions de l’urbanisation, stopper le mitage, et travailler les espaces de transition paysagère, les lisières.
– Limiter l’impact environnemental de l’urbanisation
Signifier les coupures vertes/corridors, qui marquent des limites à l’urbanisation – Réaliser un diagnostic du paysage nocturne des balcons de Chartreuse (réduire la pollution lumineuse)
– Révéler des identités multiples
Préserver (et réinterpréter) les identités particulières (matériaux, savoir-faire), et respecter l’esprit du lieu – S’appuyer sur les consultances architecturales et paysagères des différents territoires (rechercher une cohérence, mettre en lien) – Encourager une architecture contemporaine de qualité en balcon paysager
– Valoriser les entrées dans le Parc
Définir une stratégie et un plan d’aménagement des «sites portes d’entrée du Parc». Exemples : aménager les entrées Nord (sortie12 / A43- maison du lac) et Est du Parc (échangeur sortie 21 / A43 – de Chignin ) ;

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s