Objectifs de qualité paysagère et plan d’actions

THEMATIQUE n°2 : S’intégrer dans les paysages de Chartreuse

« Insérer, aménager et gérer les infrastructures, les équipements touristiques, économiques et liés aux énergies »

chapareillan les cotes de l'eysin (vues du mollard les marches)dsc_0464

CARTE_FOND-50000e

CARTE_FOND-50000e

 

 


 

Objectif de qualité paysagère n°5 : Caractériser et entretenir les paysages du quotidien pour promouvoir de nouvelles pratiques touristiques

Actions possibles :
– Agréger les données SIG des gestionnaires de sites et d’infrastructures et du tourisme : Le territoire est un mille-feuille fonctionnel dont les gestions se superposent parfois sans se concerter, d’autant plus en Chartreuse, territoire à cheval sur deux départements et plusieurs EPCI. Au cœur de la gestion des territoires et des paysages, les données SIG agrégées de chaque gestionnaire pourraient servir de base afin d’encourager les échanges, harmonisations ou mutualisations.
Candidater au label Pays d’Art et d’Histoire et créer un CIAP (Centre d’Interprétation de l’architecture et du patrimoine) : Le Pays Voironnais possède déjà le label Pays d’Art et d’Histoire. La Chartreuse est également un territoire façonné par les siècles et les paysages portent la marque de l’homme et d’usages locaux très identifiés et renommés. Au-delà des forêts, liqueurs et de l’ordre religieux qui font la renommée internationale du pays, il semblerait intéressant de mettre en avant le territoire et ses paysages comme fondements de ces spécificités culturelles. La création d’un CIAP permettrait en outre de développer une centralité touristique permettant une entrée identifiable et une coordination de l’offre.
– Établir un diagnostic paysager des itinéraires routiers et de randonnée : En Chartreuse, les routes sont à la fois des liens économiques avec les métropoles voisines et des supports de découverte du paysage. La relecture du patrimoine routier et pédestre par le biais paysager permettrait une classification spécifique des voies et des réseaux et une hiérarchisation des enjeux afin d’affiner les plans de gestion autour de cet objectif de redécouverte des paysages traversés (ex: réouverture paysagère ponctuelle des accotements routiers et de certains panoramas remarquables)
Marquer des entrées de ville en replantant des alignements d’arbres en entrée de bourg et sur certains itinéraires adaptés : Le motif paysager de l’alignement hérité de l’Art des jardins du XVIIIème s. a peu à peu disparu des anciennes routes nationales et des chemins ruraux. Si les routes ont beaucoup évolué pour s’adapter aux nouvelles contraintes de mobilité, cette forme classique pourrait retrouver une pertinence dans les secteurs à faible vitesse et en contexte particulier (ex: plaines ouvertes, cadrages sur un village, entrées de bourgs, ZA, ZC, lotissement, dispositifs historiques).

 

Objectif de qualité paysagère n°6 : Protéger et valoriser l’identité des sites remarquables

Actions possibles :
– Encourager une politique de classement et de protection des sites remarquables : Les sites classés permettent de protéger efficacement certains périmètres pour leur caractère historique, artistique, scientifique, légendaire ou pittoresque. La Chartreuse possède de nombreux sites singuliers porteurs d’intérêts paysagers et historiques et qui sont aujourd’hui menacés par une sur-fréquentation récurrente. Cette protection est une garantie forte de conservation mais aussi une inscription sur un inventaire national qui peut motiver des mises en valeur ambitieuses et qualitatives. Certains sites mériteraient l’élaboration de cahiers de gestion afin d’encadrer leur nécessaire aménagement.
– Poursuivre la mise en œuvre de l’étude paysagère «Cols et gorges remarquables» :
En 2014, l’étude paysagère prospective sur les «Cols et Gorges remarquables» avait ciblé 4 gorges et 9 cols jugés prépondérants dans la mise en valeur du territoire. Ces sites sont complexes par la multiplicité des acteurs et des enjeux à mobiliser. Vu l’évolution des fréquentations et la tendance à la concentration des usages, certains aménagements sont devenus indispensables pour ne pas altérer les sites et l’expérience globale des visiteurs.
– Intégrer des informations paysagères ou techniques dans les informations ou cartographies touristiques :
Dans la compréhension des paysages par le grand public, certaines clés sont intimes et d’autres plus techniques, par exemple liées à la gestion forestière, au petit patrimoine, etc. Ce sont autant de données existantes disséminées chez différents gestionnaires qu’il serait intéressant de compiler pour enrichir les informations à disposition (cf. carte PDIPR éditée par le Parc, panneaux signalétiques des activités de pleine nature, etc.)

 

Objectifs de qualité paysagère n°7 : Anticiper et accompagner l’impact paysager des projets d’infrastructures et d’équipements

Actions possibles :
– Qualifier et requalifier les ZA, ZI et ZC avec le végétal par une maîtrise d’œuvre qualifiée et un cahier des charges territorialisé, en prenant en compte leur impact depuis les routes et points de vues remarquables : les zones d’activités, commerciales et industrielles sont des outils économiques indispensables au développement d’un territoire. Leur aménagement peut être plus ou moins vertueux selon les moyens mis à disposition de la maîtrise d’œuvre et le niveau de qualification de celle-ci. En plus d’une composition équilibrée, l’obligation d’un usage éclairé du végétal, dans une dimension écologique et intégrée au contexte (naturel et culturel) permet d’améliorer les cahiers des charges qui doivent se baser sur un diagnostic paysager.
– Intégrer les enjeux écologiques et paysagers dans les projets d’aménagement techniques :
Les aménagements techniques infrastructurels (STEP, ligne LGV, pistes de ski, remontées, nouveaux hébergements de loisirs, équipements agricoles, dessertes forestières, etc.) ne doivent pas être considérés comme des verrues : ils peuvent s’intégrer au paysage, voir l’enrichir par un travail fin sur les proportions, la qualité des sols, la gestion des eaux pluviales, le génie végétal, les matériaux, etc. Un accompagnement architectural et paysager pourrait être proposé.
– Lancer une étude paysagère prospective et globale sur l’intégration de la production et du transport des énergies renouvelables et sur les dispositifs de gestion des risques :
le territoire de Chartreuse s’est lancé dans une démarche TEPOS qui questionne les potentielles productions d’énergie renouvelable permettant d’équilibrer la balance énergétique. La production d’énergie renouvelable et la gestion des risques nécessitent des ouvrages qui impactent les paysages et font débat. Afin d’éviter une logique d’aménagement au coup-par-coup, une étude d’ensemble pourrait permettre de faire l’état des lieux des types d’implantations et de proposer des exemples d’intégration adaptées au contexte de Chartreuse
– Encadrer la signalétique locale :
la publicité est interdite dans les Parcs naturels régionaux. Afin de permettre aux acteurs économiques locaux de se signaler, le Parc pourra proposer une charte signalétique commune à l’ensemble du territoire et accompagner les collectivités dans l’élaboration de documents de cadrage de la signalétique dans une approche intercommunale.
– Demander une conception paysagère dans la mise au point des travaux de réhabilitation de carrières et une assistance à maitrise d’ouvrage :
dans le cadre de la mise au point des travaux de réhabilitation de carrières, une conception paysagère serait nécessaire en appui au génie écologique et au projet de terrassement afin de raisonner à l’échelle du paysage environnant et de proposer des mises en valeurs intégrées. Une assistance à maitrise d’ouvrage est également nécessaire pour accompagner ces travaux tout au long de l’exploitation.
– Mettre en place des interventions foncières adaptées à la gestion des milieux naturels et des paysages ; il s’agit de réaliser un état des lieux :
– des sites gérés / protégés / écologiques remarquables sans gestion / paysagers méritant une intervention foncière sur le territoire de Chartreuse, – des acteurs locaux intervenant sur le foncier et de leur politique d’acquisition, afin d’aider les projets d’aménagement à se développer sur des assiettes cohérentes avec le contexte dans un principe d’intégration et/ou de compensation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s