diagnostic : les balcons et piémonts de Chartreuse

C’est la partie du massif de Chartreuse qui a le plus évolué depuis la création du Parc naturel régional. La structure traditionnelle est bouleversée par les nouveaux usages et modes de vie. Plus que tout autre, ce secteur tampon entre les agglomérations et le cœur montagnard doit se réinventer pour garder un cadre de vie qualitatif et une identité particulière.

balcons piémonts de Chartreuse constats enjeux

Cet ensemble paysager est composé de 9 unités paysagères :

Le balcon Sud

Surplombant la plaine de l’Isère et Grenoble, eux-mêmes dominés par des sommets emblématiques (Néron, Chamechaude, etc.) les paysages ouverts sont pris en tenaille entre l’avance de l’urbanisation et celle de la forêt.
Circuit des peintres de Proveyzieux Eglise
Église de Proveyzieux – crédit PNRC

 

Le plateau des Petites-Roches

Le Plateau des Petites-Roches est un balcon naturel, en bordure orientale du Massif de Chartreuse. Il repose sur une corniche qui domine la vallée du Grésivaudan d’environ 800 mètres. Ce cadre de vie exceptionnel à proximité de Grenoble est apprécié pour ses panoramas uniques sur le Mont-Blanc et les Alpes et pour ses escarpements impressionnants.

IMGP8679
commune de Saint-Pancrasse – crédit PNRC

 

Les piémonts viticoles du Granier

L’unité paysagère des piémonts viticoles, dominée par le Mont Granier, point de repère célèbre du territoire, s’étend sur les éboulis du Granier, au Nord-Est de la Chartreuse. Les paysages des coteaux sont affectés par la pression foncière de Chambéry qui vient concurrencer des activités viticoles séculaires.

IMGP8372
vignoble – crédit PNRC

 

Les piémonts Nord de Chartreuse

Composée des coteaux de Montagnole et de la pointe nord du massif, cette unité paysagère marque l’entrée dans le territoire de la Chartreuse depuis Chambéry. Venant s’imbriquer dans le tissu urbain de l’agglomération chambérienne, les paysages ruraux montrent la proximité du massif de Chartreuse et de la ville, combinant pentes enfrichées et mitage des secteurs plus plats.

Vue aŽrienne sur Apremont
vue aérienne – crédit PNRC

 

La vallée du Grésivaudan

La vallée du Grésivaudan reliant Grenoble à Chambéry a été occupée par un glacier il y a plusieurs milliers d’années qui lui a donné son profil en « U » caractéristique. Avec leurs villages implantés loin de la rivière Isère et dominés par les sommets et les escarpements rocheux, les paysages portent encore un témoignage patrimonial de la polyculture traditionnelle malgré la pression urbaine et les transformations agricoles.

Le GrŽsivaudan vu du Dome de Bellefont
crédit PNRC

 

Les coteaux du mont Saint-Eynard

Le mont Saint-Eynard est un éperon rocheux et boisé situé à la périphérie immédiate de l’agglomération grenobloise, la dominant au nord-est de plus de 1000 mètres.

Le GrŽsivaudan et les Petites Roches
crédit PNRC

 

La cluse de Voreppe

La cluse de Voreppe (cluse : coupure étroite et encaissée creusée perpendiculairement à une chaîne de montagne), orientée Nord-Ouest/Sud-Est et longue de 11 km, est un édifice naturel monumental qui symbolise la porte d’entrée des Alpes. Entre massif du Vercors et massif de Chartreuse, la densité des réseaux de circulation accentue l’anthropisation de ces paysages périurbains qui se confrontent à des paysages naturels majestueux.

Vue aŽrienne sur Grenoble avec le PNR de Chartrjuse en arirre plan
vue aérienne depuis Grenoble – crédit PNRC

 

Balcon du Voironnais

Proches de la ville de Voiron pourtant peu visible, les paysages des collines, jadis exclusivement marqués par l’emprise agricole, se transforment désormais du fait de cette proximité et de la pression urbaine qu’elle génère.

L’unité paysagère est délimitée au Nord par le col des Mille Martyrs, à l’Est par le chaînon jurassien du Ratz et à l’Ouest par la cuvette de Voiron et les collines molassiques boisées de Vouise et de Tovlon.

Saint-Etienne de Crossey
village de Saint-Etienne-de-Crossey – crédit PNRC

Le plateau de Ratz

La vallée de la Placette et le plateau de Ratz s’étirent sur le plan anticlinal du Ratz, chaînon jurassien à l’ouest et jusqu’au piémont occidental de la « Chartreuse Miroir », très abrupt, et dominé par la Grande Sure, à 1920 m à l’est. A l’écart des grands paysages urbanisés de la plaine de l’Isère, le plateau en propose un contrepoint précieux, juxtaposant ses paysages ouverts, ses hameaux et ses boisements selon une trame dense de petites routes et de chemins.

Pommier la Pla_2011 03 03_Pano4
village de Pommiers-la-Placette – crédit PNRC

 

balcons piémonts de Chartreuse unités paysagères

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s